titre




e premier instrument de musique à roue que l'on connaît au Moyen Age est attesté au XIIe siècle. Il s'agit de l'organistrum, représenté notamment sur de nombreux tympans d'églises construites sur les chemins menant à Saint Jacques de Compostelle et aussi en l'église même de Saint Jacques. L'instrument (auquel Christian Rault a consacré en 1985 un ouvrage important) est biplace et destiné à un répertoire religieux. Il est toujours actionné par deux moines dont l'un tourne la roue et l'autre manie les sillets mobiles. Il est généralement monté avec trois cordes, parfois deux, quatre ou cinq. Instrument de monastère, on pense généralement qu'il servait aussi de guide-chants pour aider les moines dans l'apprentissage des chants liturgiques.

a situation se complique ensuite. Il est impossible d'assurer une terminologie indiscutable ; selon les époques et les lieux, un même nom ou des noms ayant la même racine peuvent désigner des instruments de musique différents, alors que des dénominations différentes pourraient aussi désigner le même instrument.


e ralliant à une définition majoritairement admise, j'appellerai chifonie (ou encore symphonie ou symphonia), l'instrument à roue de forme rectangulaire, par opposition aux autres formes, très diverses et non stabilisées au Moyen Age, de l'instrument à roue que l'on doit alors désigner comme étant des vielles à roue. En tant que telle, la chifonie disparaîtra au XV° siècle, et ne demeureront que les vielles à roue. De plus, le terme de vièle rencontré dans les textes médiévaux, renvoie le plus fréquemment à la vielle à archet, parfois à l'ensemble des instruments à cordes frottées (ensemble qui comprend alors la vielle à roue).

our ce qui est des cordes, en l'absence d'informations exploitables, je vais prendre en compte l'hypothèse qui donne au joueur le plus grand nombre de possibilités quant à "l'orchestration". On considérera alors que la chifonie est montée avec deux cordes chanterelles, mais qu'elle possède aussi deux cordes bourdons qui délivrent chacune la même note de manière "obstinée". J'y reviendrai plus avant de façon détaillée.

enluminure d'après Luttrel Psalter




Choisir la page - affichage automatique



Page "Histoire" - Haut de la page

Copyright décembre 2002 - Paul Fustier - Reproduction interdite